Jean Claude Martinez Le 25/04/2018

Suggestion   au président Macron

 

Après le dîner dans  la  plantation de Washington... Un   discours   place de la Constitution   à Mexico

Monsieur le président

 

Votre  dîner, aux parfums du printemps et des lucioles ,  dans la  nuit tombée sur la plantation de Washington, nous a évidemment émerveillé . Puisqu’il y avait du  Lafayette débarquant  une seconde fois. Tout comme hier au  Taj Mahal , vous nous aviez rendu le souvenir  de nos comptoirs  et nous avions même cru un instant que vous alliez nous renégocier le retour de Yanaon et Mahé.

 

A un mot comme en cent, à chacune  de vos sorties c’est un ravissement. Dans le bruissement  des étoffes  de Madame  et le flamboyant des symboles que vous affectionnez.  

 

Voilà pourquoi, Monsieur le président, j’ose vous suggérer un déplacement à la mesure planétaire de l’espace et du temps que vos politiques ont commencé à recourber. Allez Monsieur le Président à Mexico !  Non pas parce que depuis De Gaulle et son célèbre « la mano en la mano » aucun président n’a été capable d’en  percevoir   l’intérêt  stratégique, mais parce que votre projet européen,   en risque  de s’étriquer dans de petites affaires monétaires, budgétaires de couple franco allemand et de propositions Rantamplan , ne peut  prendre  son envol que si vous lui donniez  là des ailes de géant.

 

Concrètement, Bruxelles vient de repasser un accord de libre échange  avec le Mexique. Comme il en existe depuis des années avec le Chili ou le Mercosur , avec même un Parlement Europe Amérique Latine, L’Eurolat. Mais il faut maintenant globaliser, soulever la pâte, donner un  projet . En voici  la suggestion :

 

Vous qui êtes le monde nouveau, allez à Mexico.  Et comme vous aimez des décors grandioses pour faire monter  les étoiles nouvelles  que vous   portez pour les générations  qui viennent,  parlez place de la Constitution, parlez à 500 millions de Latino-américains ,  donc à 500 millions de cousins des  européens , et dites leur ceci :

 

« Du réchauffement climatique aux grandes  migrations , de la crise  financières aux évasions fiscales géantes et  du terrorisme  aux injustices, les grands problèmes qui  conditionnent la vie des femmes et des hommes ce sont planétisés, échappant  ce faisant  au contrôle des dirigeants nationaux.

 

Aussi,   confusément,   nous sentons  tous  qu’il faut agir planétairement sur nos  problèmes devenus planétaires .

 

Mais comment faire ?

 

En Europe nous avons été capable de faire l’Union. Ici, de Mexico à Valparaiso , d’Acapulco à Montevideo , au Mercosur , au Pacte Andin, avec déjà un Parlement  pour tout le continent  , le Parlacen , vous êtes  d’ailleurs aussi en marche vers l’Union.

 

 

Mais il faut aller plus vite et aller plus loin, aller à la pensée d’un bloc de 1000 millions de latins, de mille millions de chrétiens, aller à l’Alliance de civilisation Europe- Amérique Latine.

 

De quoi s’agit il ?

 

De faire, pour les 1000 millions que nous sommes, sur   nos  deux continents , l’équivalent ,  cette  fois au XXI ème siècle,  de ce que le 8 mai 1950 nous avons été capable  de faire en Europe. Lorsqu’un ministre français des affaires étrangères  a proposé de mettre en commun l’acier et le charbon de la France et de l’Allemagne.

 

Alors nous ,  basques de France et  de Buenos Aires ,  allemands de Bavière et  de Gramado à Rio grande do sul ou de Santiago du Chili,  italiens de Rome et d’Argentine,  galiciens d’ Espagne et  de la Havane  et par dessus tout  étudiants de la UNAM , comme  de la Sorbonne,  jeunes des deux rives du même océan avec sur les mêmes teeshirts, parfois les mêmes portaits d’Allende ou du Che, comment ne pas voir  que nous avons   déjà tout l’essentiel en commun ?

 

Nous avons déjà en  commun bien plus que Neruda, Botero, Pelé, Messi ou Falcao Parce que nous sommes les deux côtés  de la même cathédrale.

 

Fixons nous  alors l’ horizon , celui d’une génération , pour   le projet  stratégiq ue d’une  Alliance de civilisation Europe – Amérique Latine, comme le  rêve  suffisamment  grand  pour que les  millions des moins de vingt ans ne le   perdent pas de vue pendant  qu’ils vont le poursuivre.

 

             Mais parce que des défis du numérique , du climatique et de l’économisme , n’attendent  pas , commençons   tout de suite par l’Alliance des universités , des chercheurs, des créateurs, des savants, des images , des symboles  et des cultures. Décidons l’exception culturelle de la libre circulation  des intelligences et des savoirs, dans une aire universitaire Euro- Latino  américaine intégrée. ...»

 

 

        Voilà Monsieur le président, ce qu’à  Mexico, place du Zocalo, vous pourriez lancer... Mettez vos pas dans ceux du  général   et proposez la mise en commun des  cerveaux, plutôt que  de ces tonnes , ces hecto, ces mètres et ces quantités où l’Europe  et la politique  se sont enlisées.

 

    Parallèlement d’ailleurs, en visite privée, faites une promenade en barque aux jardins flottants de Xochimilco. La Une que Match évidemment  vous ferait  en train de ramer   serait superbe !

Tel : 06 03 40 30 23

FORCE VIE   avec Jean Claude Martinez