1°) Le défi des nouvelles maladies tropicales qui s’installent dans la région


La maladie infectieuse tropicale de l’homme courbé, avec déjà des cas à Montpellier, le chikungunya, due à un arbovirus la dengue due aussi à une transmission virale à transmission par les moustiques

 

La région devra Soutenir un programme de recherches sur ces maladies TROPICALES  qui arrivent chez nous


 Mener une politique globale de démoustication, abandonnée depuis la décennie 90 au nom des économies budgétaires dérisoires au regard des enjeux sanitaires


2°) Le défi sanitaire de la mortalité des abeilles


  Lutter contre le Parasite acarien Varroa, la tique tueuses des abeilles. Déjà il y a l’ innovation de 11 chercheurs toulousains , inventeurs, par manipulation génétique de la bactérie l'Escherischia coli, d’un piège biologique du parasite


3°) Le défi sanitaire de la mortalité des platanes


Préserver notre joyau végétal du canal du midi par un plan d’intensification de recherches appliquées sur le chancre coloré, avec déjà 13000 platanes abattus sur les 42 000

 

4°) Le défi de la bactérie Xylella Fastidiosa bombe à retardement contre les végétaux mediterranéens


Xylella Fastidiosa, bactérie contre laquelle il n’existe aucun moyen de lutte, sévit depuis 2012, sans réaction sérieuse de la Commission européenne.Elle a déjà détruit 60 000 hectares en Italie, dans les Pouilles. On a redouté son arrivée en Corse. Son arrivée dans notre région serait un désastre pour les pruniers, les abricotiers,les cerisiers, les amendiers. Rien que le Gard pourrait perdre 7000 hectares. L’arboriculture, plantée enprunus, pourrait disparaître de France .Pire, le bassin méditerranéen pourrait être défiguré par ce « Daesch des végétaux ».

 

Il faut donc accélérer la recherche forcément internationale contre cet ennemi planétaire des végétaux prunus qui frappe aux USA, au Canada, au Brésil et qui peut arriver ici. Nous avons les entomologistes etles biologistes de l’ INRA de Montpellier. La Région doit devenir chef de file de la lutte et mettre un budgetde recherche , ajouté aux 5 millions d’euros bien tardifs de l’ Union européenne

 

5 ° ) Le défi de la mise en danger de nos fonds marins par des invasions récurrentes et inexpliquées jusqu’ici d’algues eutrophysiantes

 

Même si la Caulerpa taxifolia, tueuse de nos champs de posidonies, a régressé aussi mystérieusement qu’elle était apparue à partir du large de Monaco, le danger est toujours là. Les études doivent être menéesdans la durée

Tel : 06 03 40 30 23

FORCE VIE   avec Jean Claude Martinez