Rabat, Ndjamena, Kinshasa, notre avenir se joue là

 

2017 :    Je ramènerai la France en Afrique



 

Bien sûr , après Berlin, Nice , le Bataclan  et avec des millions de chômeurs, la présidentielle  de messieurs Fillon, Macron, Valls  ou de madame Le Pen , est  toute entière concentrée sur le terrorisme, l’islamisme, l’insécurité, la pauvreté , la sur-fiscalité  , le sous emploi  et tous  les sujets que BFMTV impose  chaque jour aux français . On voit bien sans doute Alep, la Syrie ou Donald Trump aux Etats  Unis , mais c’est suffisamment loin pour être suffisamment hors des débats de la conquête de  l'Elysée.

 

Pourtant notre avenir national   se jouer bien au delà de Perpignan,  Vintimille ,  St Jean de Luz ou plus au sud que Monaco et l’ Andorre , frontières extrêmes du champ visuel des candidats officiels à la présidentielle  C’est en Afrique que l’immigration se joue. C’est là que l’islamisme prépare ses armées . C’est à Rabat, N'djamena et Kinshasa qu’est la ligne de combat avancé pour notre sécurité.

 

1°) A Rabat ,il y a le roi. Commandeur des croyants  qui maîtrise son islam et  clef de voûte de son  pays  qui est  notre glacis stratégique et le plus grand barrage aux portes de l’ Europe pour contenir  le flot  des migrations sub -sahariennes .

 

Mais  au sud  de ce pays ami , il y ses  provinces sahariennes . Le 21 décembre encore, un arrêt solennel  de la Cour de justice de l’Union européenne, à propos d’un traité  euro- marocain,  sur le commerce des  produits agricoles et de pêche, est venu donner  des munitions  juridiques aux adversaires du Maroc. En réitérant l’idée  que le Sahara Marocain , au voisinage  de toutes les insécurités islamistes et tous les grands trafics  , ne ferait  pas partie du territoire du Royaume .

 

La France, pour deux raisons ,  doit mettre tout son poids pour aider à traiter ce problème saharien qui alimente , comme une  Alsace Lorraine  des sables , une  guerre  larvée , déjà  de 40 ans , entre Rabat et Alger.  D’abord, parce qu’un Etat  Sahraoui ,    installé dans cette zone, deviendrait vite le Hub étatique  des  criminalités du Sahel , des trafics de drogues latino américaines et  des terrorismes islamistes, à destination de l’ Europe . Ensuite, parce que si nous contribuons à dénouer ce conflit  politique , fabriqué par Alger, alors une  route politique s’ouvrira  pour une Communauté nord africaine  de développement . Tout le flanc sud de la méditerranée se trouvera ainsi  stabilisé  , neutralisant du même coup l’explosion migratoire qui monte avec 30 millions de jeunes à l’avenir bouché .

 

2°) A Ndjamena , au cœur du volcan africain,  sur la frontière entre le Cameroun  et le Nigeria de de Boko Haram , avec en voisins la Libye explosée, le Soudan déchiré et la Centre Afrique toujours prête à s’embraser,   il y a le chef de guerre Idriss Déby, notre allié au Mali .  S’il tombe, le principal môle de stabilité  de ce centre de l’ Afrique  tombe avec lui . Or la crise pétrolière, la crise économique, la crise sociale , et les caisses de son Etat vidées, par ses efforts de guerre,  sont entrain de le déstabiliser.  Qui croit que les conséquences d’une chute  ne seraient pas de nouvelles  ondes  de migrants se propageant progressivement  pour s’ajouter à celles que l’in connait  ?

Alors , pour  penser notre avenir , la priorité  de la présidentielle c’est le 49- 3 de la constitution ou cette zone en risque de déstabilisation ?

 

3°) A Kinshasa, il y a Joseph Kabila président   de la République Démocratique du Congo. Depuis le 19 décembre  il ne veut pas quitter le pouvoir ni organiser l’élection de son successeur . Certes ce n’est pas  juridiquement bien et nos dirigeants qui se sont spécialisés depuis des années  dans l’enseignement  en « Rafales »    de la démocratie,   en Serbie,  en Lybie ou  récemment en Syrie , demandent  à l’Union européenne des sanctions . Comme on l’a fait pour la Russie, pour l’ Iran et il y a déjà vingt ans pour l’Irak de Saddam . Avec pour résultat  dans ce cas , le chaos installé , un Etat  islamique créé et en bout de cette politique aveugle   Nice  et le Bataclan.

 

Mais ce qui se joue à Kinshasa se joue dans un Etat , la RDC, grand comme toute l’Europe de l’ Ouest. Un Etat  dernier rempart écologique de l’ Afrique , après  la destruction de la mer du lac Tchad. Un Etat  où des  barrages équipés sur les chutes d’ Inga , en bas Congo, pourraient  électrifier l’ Afrique jusqu’au Caire. Un Etat qui est l’armée de réserve  de la chrétienté, parce que si le général des chrétiens est à Rome , ses troupes du XXIème siècle sont sur le fleuve Congo . D’ailleurs regardons  dans nos églises ici, à commencer par celles de Neuilly.  Souvent d’où vient le prêtre qui officie ?  De la  Sarthe de monsieur Fillon ?  Des familles en veste Barbour des  militants républicains de  Sens Commun. ? Non, il vient de RDC. Parce que ce pays est le dernier  d’ Afrique à ne pas être converti à l’ Islam. Même si  à Kinshasa les Salafistes sont aussi en action dans les quartiers pauvres.

 

Alors dans la RDC ,premier pays francophone du monde , avant même la France, où nombre des cadres , professeurs, hauts fonctionnaires, ministres, avocats, sortent de nos universités , Paris Dauphine,  Paris II Panthéon Assas, nous avons d’immenses responsabilités.  Un temps nous les avons assumées . En faisant sauter même le 2ème REP le 19 mai 1978   sur Kolwezy, au Katanga . Mais depuis,  nos dirigeants nous ont mis hors jeu.

 

Le Coltan, minerai stratégique  peut être pillé dans la province du Kivu , les diamants peuvent s’envoler par sacs tous les soirs du petit aéroport de Goma , en frontière avec  le Rwanda, les bois précieux , comme l'acajou , peuvent  disparaître par grumes  géantes entières des forêts de la Province de l'Equateur , toutes les puissances peuvent mettre en coupes réglées ce pays  ,  son peuple , ses 3 millions de déplacés,  ses femmes terrorisées,  , ses enfants soldats , livrés aux rebelles sud soudanais, rwandais aux milices,  tout cela n’intéresse pas les candidats à la présidentielle . On laisse cela à la Chine qui livre clef en main et gratuitement  le  complexe hospitalier de Ndjili à Kinshasa ou qui construit les  routes au sud Kivu , dans la province du Maniema ou de Kinshasa à son aéroport.

 

De tout cela dans la présidentielle  il faut en traiter . Parce que notre avenir n’est pas conditionné  par la Cour de Justice de la République, l’article 49-3, l’ISF, le plafond du quotient familial, le cumul des mandats et les quelques autres  coquecigrues dont raffolent les candidats  des partis  , champions des débats fumigènes.C’est en Afrique que se joue pour la décennie qui vient notre sécurité.


Voilà pourquoi en 2017 il faut y retourner . Parce que lorsque  la France ne va plus en Afrique  , c’est l'Afrique qui vient à elle

Tel : 06 03 40 30 23

FORCE VIE   avec Jean Claude Martinez